Massage

 Massage par Carole Cramette

 

Nous avons trop souvent tendance à redouter le contact d’autrui. Cependant les recherches actuelles nous prouvent l’efficacité extraordinaire du toucher.

Dans les cultures d’Orient, le massage se fait tout naturellement et les personnes de tout âge tirent profit d’un massage régulier. En Occident, les massages sont reconnus et appréciés dans le monde du sport et commence aujourd’hui à gagner du terrain dans d’autres domaines.

Le toucher est un langage que nous employons d’instinct pour exprimer nos sentiments, montrer aux autres qu’ils sont aimés ou appréciés. Nos mains se posent spontanément sur des bosses, des fronts fiévreux ou migraineux…Nous serrons la main d’un ami pour lui montrer notre sympathie pour le rassurer et démontrer notre compréhension.

On découvre en pratiquant le massage qu’il n’est pas seulement physique. L’empathie que nous développons en massant nous permet de comprendre la personne dans son entièreté. Ainsi il est possible de débloquer des tensions mais aussi de rétablir un équilibre émotionnel.

Le massage peut-être apaisant ou stimulant selon la manière de le pratiquer. Il peut créer un climat propice à la guérison en éveillant un sentiment de bien-être. Beaucoup de tensions peuvent être améliorées avec le toucher. Le toucher a une importance vitale. Il apporte la chaleur, le bien-être, le plaisir et il accroît la vitalité. Nous avons besoin de ce sens là pour vivre en harmonie avec nous même et avec les personnes qui nous entourent.

 

Je vous invite à lire ce conte ancien qui raconte les pouvoirs du toucher :

« Il était une fois une femme nommée Fatima qui était constamment harcelée par sa belle mère qu’elle ne supportait plus. Fatima se rendit chez l’herboriste local pour acheter du poison destiné à tuer la vieille femme. Après mûre réflexion l’herboriste lui proposa une potion très parfumée. Il lui expliqua que cette potion devrait être appliquée chaque jour par massage sur la peau et que la belle mère de la jeune femme en mourrait après six semaines.

Fatima fit chaque jour un massage à sa belle mère. Peu à peu le mauvais caractère de la vieille femme sembla se dissiper, des liens se créèrent entre les deux femmes et elles commencèrent à se comprendre.

Fatima commença à regretter d’avoir voulu tuer sa belle-mère et, à mesure que le temps passait, elle devint de plus en plus inquiète.

Elle retourna chez l’herboriste et le supplia de lui donner un antidote à son poison.

Le sage vieillard lui sourit et lui expliqua qu’un antidote n’était pas nécessaire. Le poison qu’elle avait administrait à la vielle femme par massage était une simple mixture d’huiles aromatiques et constituait le meilleur antidote à sa situation. »

 

Massage par Carole Cramette
 

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save